Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 juin 2013 3 05 /06 /juin /2013 11:00

 

 

  http://www.cercledesvolontaires.fr/wp-content/uploads/2013/06/effroyable-imposture-rap.jpg

 

  Le livre de Mathias Cardet, « l’Effroyable imposture du Rap », est sorti en février 2013 chez Kontre-Kulture, la maison d’édition proche d’Egalité & Réconciliation et d’Alain Soral. Il fut immédiatement un objet d’intérêt, mais également de très vives critiques, comme ici le papier assez peu honnête des Inrockuptibles. Le Cercle des Volontaires a cherché à mieux connaître les motivations de l’auteur de ce livre iconoclaste.

 

 

 

Cercle des Volontaires : Qu’est-ce qui t’as amené à écrire ce pavé dans la mare ?

Mathias Cardet : A force de le chercher… et de ne pas le trouver. Vu qu’en plus les seules critiques du Game étaient faites par des mecs qui non seulement n’y connaissaient rien, de type Zemmour, mais en plus étaient motivés par des raisons névrotico-politiques. Utilisant le terme de sous-culture pour afficher leur mépris des afros-mahgrébins. Or moi j’affirme que la rap game n’est pas une sous culture, au contraire, elle est l’avant-garde de la culture de masse, que l’ont peu qualifier de Contre Culture de masse si tu préfères !

 

C.d.V. : Peux-tu expliquer ce que tu entends par Rap Game ?

M.C. : Le rap game c’est ce que les puristes appelleront le « mc-ing » issu pour faire court du hip-hop, et dont l’acte de naissance à la face du monde a été le titre ‘rapper’s delight, car il faut savoir que la première imposture est d’appeler Rap le « mc-ing » de 1973 alors que ce dernier existait déjà avec les « Last Poets », « Rap Brown » et « Gil Scott Heron ». Et ce déjà vers la fin des années 60. Un rap pour le coup, qui était dans une logique de contestation authentique et radicale, au vu de ses acteurs qui étaient tous de véritables activistes politique (par exemple Rap Brown a été porte parole des Black Panthers). Aussi ce que nous appelons vulgairement rap, est en vérité du mc-ing, soit un rap borné dès son origine par l’industrie du divertissement, et dont la vocation est d’être assez multiforme pour séduire un maximum de « kids« . Un spectre allant du rap conscient au rap le plus hédoniste. Le Rap Game. Évidemment il existe aujourd’hui de nombreux rappeurs qui ne veulent pas faire ce jeu là : ce sont les héritiers de « Gil Scott Heron » et Cie. (Kimto Vasquez, Bukowski, Mysa, etc.). Ils sont dans une dimension parallèle au rap de l’industrie du désir : le rap de « Jay-Z », de « Booba », en passant par celui de « Médine », dont on peut dire que le marqueur à leur allégeance est le passage par la case SKYROCK !

Lire le très bon article fait par Vocer sur le blog « rapolitik » !

 

C.d.V. : Justement, en quoi les théories marcusiennes interviennent dans cette histoire…car selon-toi, si j’ai bien compris, ce Rap Game cherche à convertir des masses entières ( souvent précaires) vers les principes du libéralisme ultra, ceci en utilisant une imagerie pseudo-révolutionnaire ? 

M.C. : En fait pour ne pas révéler tout le contenu de mon livre, j’explique comment le marcusiannisme a infiltré le « Black Panther Party » durant la fin des années 60. Un « Black Panther Party » dont on verra qu’il a largement influencé « Afrikaa Bambataa », créateur de la « Zulu Nation » et principal promoteur de la culture hip-hop et du « Mc-ing ». Pour résumer le rap est l’expression musicale la plus aboutie de l’idéologie du « Black Panther Party » dévoyé par le marcusiannisme.

 

C.d.V. : Et en clair, selon-toi, il a été un outil d’instrumentalisation pour cette gauche caviar représentée, entre autres, par Jack Lang via des officines telles que SOS Racisme ?

M.C. : Oui bien sûr, le Rap Game français tenu historiquement par les réseaux officiels de la contre-culture institutionnelle (la gauche socialiste en gros) a vraiment commencé à être relayé par ces réseaux à partir de 1989. Date que j’acte comme la mort de « SOS racisme » dans les quartiers, vu que ses promoteurs ont commencé à désigner le gentil « beur » comme un « barbu » potentiel suite à la loi anti-voile de Jospin. Aussi le Rap a pris le relais : détourner les colères légitimes des quartiers en ne pointant jamais les véritables coupables, diviser les classes populaires entre elles etc. Tout en entretenant l’illusion d’être une réelle musique contestataire.

 

C.d.V. : En conséquence de quoi, tu pointes l’appauvrissement du langage ? 

M.C. : Pas pour le rap dans son ensemble. Pour t’éviter une dissertation sur le sujet que je fais dans le livre, j’ai envie de te dire que le titre « Maitre Yoda » de « Booba » est la meilleure des réponses. On n’est plus dans l’appauvrissement, mais dans de l’assassinat ! A ce rythme là, les couplets seront remplacés par des onomatopées !! Je précise qu’il n’est évidemment pas représentatif de l’ensemble du spectre des rappeurs, mais force est de constater que c’est le numéro un du rap game. Or on ne peut nier son influence sur les 13/24 ans sous prétexte qu’il existe un rap authentique par ailleurs. Surtout quand son rival se nomme La Fouine ! (Je mets « Maitre Gims » hors concours, vu que pour moi il est clairement sur le chemin de la variété 2.0 de type « Will.I.Am ») 

 

C.d.V. : Laurent, un volontaire de chez nous, va faire une Interview d’El Gaouli. Aurais-tu une question à poser à El Gaouli ? 

M.C. : Qu’est ce qui le motive encore ? Et pourquoi rappe t-il ? Pour lui ou pour les autres?

 

C.d.V. : Pour finir, le Rap est-il compatible avec la dissidence ? Et surtout serait-il dans son intérêt de s’enrichir en puisant vraiment, voire en fusionnant avec d’autres styles musicaux ? 

M.C. : Oui bien sur que le rap est compatible avec la dissidence puisque je t’ai dis que le rap originel en est issu. Celui des « Rap Brown » et cie. Par contre en ce qui concerne sa fusion musicale, ce serait rentrer dans un débat purement artistique, et là, ça resterait un avis purement subjectif. La mixité avec le rock ou autres c’est bien, mais les prods purement boom bam de « Dj Premier » c’est bien aussi !!!

 

C.d.V. : Écoute, je te remercie pour avoir répondu à mes questions.

M.C. : Merci.

Partager cet article

Repost 0
Published by polemika
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Polemika
  • Polemika
  • : Fourre-tout
  • Contact

Recherche

Liens