Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 septembre 2012 7 30 /09 /septembre /2012 21:29

 

Encore un mot galvaudé qui ne veut plus rien dire de nos jours, et qui, pris dans sa définition initiale, vaudrait à ses adhérents ou à ses nostalgiques le ridicule total. Il en est de même pour ceux et celles qui  se servent de ce "joli compliment" pour souiller leurs adversaires. A titre personnel j'avoue avoir eu un fou rire lorsque après avoir déposé sur la page officielle Facebook du leader du Front de Gauche un lien internet sur  une contribution Newsring- le débat était Jean-Luc Mélenchon est-il un révolutionnaire?-, un adulateur m'a comparé un jeune élu dont le bras droit serait monté sur ressort d'après certains clichés- alors que la contribution n'était en rien porteuse d'anticommunisme primaire et se demandait simplement par quelle équation miraculeuse un candidat venant du système pouvait-il bien être antisystème ( question valable aussi pour une certaine MLP, par exemple).

 

 

 

 

Malheureusement, à lire certaines actualités, il semblerait que pour tout le monde ce n'a pas été aussi drôle.  Sans revenir sur certaines accusations infondées faisant la une de la presse de caniveau ( pléonasme), sans revenir non plus sur le fait qu'une grande partie des gens gobent n'importe quoi, peut-être serait-il opportun d'expliquer ce que signifie ce vilain mot.

 

 

 

 

Le mot fascisme tire son étymologie du mot italien fesci qui signifie faisceau. En clair, il est déjà question de luminosité, de brillance. Son principal porteur est Benito Mussolini, qui se fera très vite appeler Duce,  Le Guide, si on veut l'équivalent Italien de Führer, de Caudillo, ou de Conducâtor.

 

 

Le projet initial de Mussolini était de reconstruire un empire Romain basé sur un semblant de valeurs christianisantes,  jusqu'en 1938 le dictateur Italien n'avait pas pour intention d'appliquer des lois raciales, même si la guerre coloniale menée en Afrique du Nord avait réveillé chez beaucoup un sentiment de supériorité civilisationnel. Chez Hitler on est nettement plus radical car le projet est de mener une guerre raciale visant à exterminer chaque peuple non-aryen et à vouloir un monde Judenrein, d'où une certaine détestation du christianisme qui selon-lui le symbôle d'une certaine dégénérescence ( enfin tout est dégénérescence chez ce genre d'individu qui prétendent tout savoir).

 

 

A la grande différence du communisme où sur fond de combat égalitaire un ou plusieurs leaders vont oeuvrer en stratège pour s'octroyer le pouvoir, le fascisme est une interprétation primaire du Surhomme de Nietzsche. En gros il faut un "surhomme" qui éclaire le chemin à suivre et pour que ce bonhomme " éclaire le chemin" il va lui falloir structurer une espèce de hiérarchie au sommet de laquelle il commanderait tout bienveillant qu'il soit. Hors, si ce dictateur est le seul qui " puisse voir par-delà la grisaille qui couvre le ciel" personne ne peut le contester et de cet état de fait il " doit s'assurer vraiment" en tant que " point culminant" que toutes les bonnes âmes n'ont d'yeux que pour lui, d'où une militarisation outrancière de la société, car l'Armée, l'Uniforme, représentent l'Ordre, la Hiérarchie, et un moyen d'affirmer sa force vers plusieurs désignés dont le seul intérêt convergeant est: la destruction du Pays à protéger impérativement.

 

 

Il découle alors un ersatz de combat culturel où pour mobiliser les consciences l'être sanguinaire va édifier une propagande, et à ses sous-fifres de pousser le bouchon encore plus loin en introduisant un culte de la personnalité devant lequel tout en chacun doit se soumettre.

 

 

 

 

 

Outre l'uniforme, il y a également la question du Corps. Les premières civilisations judéo-européennes, afin d'effacer les restes de paganisme, ont instauré l'idée que l'Esprit devait prédominer sur le Corps qui n'était rien d'autre qu'un animal. A l'instar du communisme de base, le fascisme est une idéologie travailliste où le Corps est mis en avant. Mais quid de l'égalitarisme cette mise en avant du Corps ne peut se faire qu'au nom d'un " Grand Esthétisme" puisé dans l'antiquité, forcément elle suit une hiérarchie, celle qui va des Hommes aux Anciens Dieux eux-mêmes gouvernés par un Vieux Dieu Terrible ( implicitement, cela " signifierait" que notre clown serait sa dernière incarnation).

 

Pourtant, les juntes militaires espagnoles, portuguaises, ou latino-américaines- copiant ouvertement le fascisme mussolinien- n'ont jamais été tenté de faire appel à la mythologie, bien au contraire car le sentiment d'appartenance à la chrétienté configurait la vie sociale.

 

 

 

 

 

Plus complexe est le cas du Titoïsme qui, outre le nombre de morts et de répréssions, aura su préserver les Balkans des troubles identitaires sévissant maintenant.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by polemika
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Polemika
  • Polemika
  • : Fourre-tout
  • Contact

Recherche

Liens