Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 mars 2012 3 21 /03 /mars /2012 23:13

 

 

Le seuil de l'abjection aura été sans nul doûte la fusillade touchant cette école Juive, et au cours de laquelle trois enfants son morts plus un jeune Rabbin très aimé par sa communauté.
 
L'auteur de cet acte est parvenu à faire cliver de nombreux humanistes vers une réinstauration de la peine de mort. Cet homme qui a voulu faire le Djihad est devenu le Breivik national. Cet homme sera introduit dans le Hall of Shame parmi des noms de sinistres envergures: Francis Heaulme, Patrice Alégre, Guy Georges, Pierre Chanal, Emile Louis, Michel Fourniret, Youssouf Fofana, ou encore Roberto Succo. La société se reveille, et prend de nouveau conscience que des Monstres existent. Ils ne sont pas difformes comme dans ces contes racontés par nos parents. Mais bel et bien en chair et en os. Ils occupent des proféssions. Ils ont des petites copines/ petits copains, ils adorent voir des matches de football ou autre sport, ils se prennent de passion pour des hobbys divers et variés: certains sont numismates, d'autres sont cruciverbistes, etc. Ce qui les distinguent du genre humain c'est leurs Egos Démesurés, lesquels tendent à leur faire croire qu'ils sont supérieurs au reste du monde ou bien que la masse ignorante doit être remise dans le droit chemin à travers une série d'actes compris seulement par une poignée d'individus.

Néanmoins, si il est encore à déplorer cette espèce de refus de la réalité des classes dominantes ( politiques et intellectuelles en l'occurence), ce refuge mental constant vers la Révolution de 1789 ou le Droit-de-l-Hommisme échevelé, les merdias nous ont une nouvelle fois montré leur facette abominable qui détient un taux de perversion narcissique propre à celui d'un tueur en série qui veut s'illustrer à tout prix. Dans toutes les affaires traités ils n'ont eu de cesse de diviser la population Française. Ainsi, des gamins de quinze ans dans les quartiers nord marseillais qui règlent leurs comptes à coup de AK-47 suite à des différents ( argent, drogue, fille) ce n'est ni plus ni moins qu'un fait divers. Une personne dans le Pays Minervois qui se fait Homejackée ce n'est qu'un fait divers. Une jeune femme subissant un viol dans un lieu public ce n'est qu'un fait divers. Avant le drame de l'école située rue Jules Dalou, trois militaires Français d'origine Maghrèbine se sont fait tuer et un quatrième- un Français originaire des Antilles- bléssé: Fait Divers. Si il est indéniable que les actes antisémites constituent une tâche pour le drapeau Français, il en est tout autant pour les cas précédents. A partir du moment où l'on atteint l'intégrité physique d'un individu sur le sol d'un pays qui a basé sa constitution sur l'égalité citoyenne stricte,et qui s'appuie sur des valeurs censées nous fédérer au-delà de toutes nos appartenances possibles et inimaginables, on n'a pas a subir ce genre d'absurdités accouchées par une certaine américanisation des moeurs.

Aux USA, par ailleurs, lors des affaires suivant des disparitions d'enfants signalons qu'il y'a des tensions interethniques, cela justement dû des traitements médiatiques inégaux. Entre les disparitions d'enfants Latino, Noir Américain, ou Sino-Américain et celles des enfants WASP l'écart est flagrant.

Est-ce que nous voulons vraiment ça?



Repost 0
Published by polemika
commenter cet article
15 mars 2012 4 15 /03 /mars /2012 00:46

Maurice Blanchot - Thomas l'obscur

 

 

 

 

" Par malheur, il était trop tard: elle n'avait plus le corps ni le visage de ses sentiments, et il ne lui était plus possible d'être gaie avec gaieté. Maintenant, à tous ceux qui venaient, n'importe qui, cela n'avait pas d'importance, le temps préssait, elle exprima, par ses yeux fermés et ses lêvres pincées, la plus grande passion qui eut été ressentie. Et, l'affection ne suffisant pas pour dire à tous combien elle les aimait, elle eut aussi recours aux mouvements les plus durs et les plus froids de son âme. C'était vrai qu'en elle tout durcissait. Jusqu'alors, il lui restait la souffrance. Elle souffrait pour ouvrir les yeux, pour recevoir les plus douces parôles: seule manière, pour elle, d'être émue et jamais il n'y avait eu plus de sensibilité que dans ce regard qui achetait le seul plaisir de voir par des déchirements cruels. Mais, à présent, elle ne souffrait presque plus; son corps atteignait l'idéal d'égoïsme qui est l'idéal de tout corps: il était le plus dur au moment de devenir le plus faible, corps qui ne criait pas sous les coups, n'empruntait rien au monde, se faisait, au prix de la beauté, l'égal d'une statue"

                                                                   Page 90

Repost 0
Published by polemika
commenter cet article
10 mars 2012 6 10 /03 /mars /2012 10:44

Guerrier-Sow.jpg

 

 

Pour sur que nous aimons revoir nos ancêtres immortalisés par l'argile!

 

830169135_49fd68345e.jpg

 

" L'art n'est pas une soumission, c'est une conquête!

La conquête de quoi?

Des sentiments et des moyens de les exprimer"

                                       André Malraux

 

831044548_350d3914d6.jpg

 

 

Dire qu'Ousmane Sow est l'un des meilleurs sculpteurs au monde serait stupide- l'art ne saurait être confondu avec un concourt de beauté. Néanmoins, pionnier de l'art brut africain, il aura fait beaucoup plus pour l'Afrique que certains de ses dirigeants dont les trains de vies nous évoquent celui du Roi Soleil, et dont les victimes comptables par millions voient leurs âmes érrer sans fin et crier séparément: " Justice", " Vengeance", " Colère", " Souffrance".

 

La magie de son art

 

 

 

 

link

Repost 0
Published by polemika
commenter cet article
3 mars 2012 6 03 /03 /mars /2012 14:51

 

 

 

 

jaures-jean.jpg

 

 

" Et si vous regardez en bas, quelle pauvreté, je ne dis pas dans les moyens de vivre, mais dans la vie elle-même! Voyez ces millions d'ouvriers; ils travaillent dans des usines, dans des ateliers; et ils n'ont dans ces usines, dans ces ateliers, aucun droit; ils peuvent en être chassés demain. Ils n'ont aucun droit non plus sur la machine qu'ils servent, aucune part de propriété dans l'immense outillage que l'humanité s'est crée à pièce: ils sont des étrangers dans la puissance humaine; ils sont presque des étrangers dans la civilisation humaine"

 

                                                                                  Jean Jaurès, Trésaillements

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by polemika
commenter cet article
16 février 2012 4 16 /02 /février /2012 07:34

Augusto-Boal.-Flickr.jpg

 

                                                                   Théâtre Invisible

 

 

Un point doît bien être clair: le théâtre invisible est du théâtre; il doit avoir un texte de base écrit, qui sera inévitablement modifié selon les circonstances pour s'adapter aux interventions des spectateurs.

On doit choisir un sujet brûlant, que l'on sait intérésser véritablement et profondément les spectateurs. A partir de là, on fait une petite pièce. Les acteurs doivent jouer leurs personnages comme si ils jouaient dans un théâtre traditionnel, pour des spectateurs traditionnels. En fait, quant le spectacle sera prêt, il sera joué dans un lieu qui n'est pas un théâtre et pour des spectateurs qui ne sont pas des spectateurs. Pour cette expérience européenne, nous avons fait des spectacles dans le metro à Paris, dans les Ferry-Boats, dans les restaurants, et dans les rues de Stockholm, et même sur une scène, dans un théâtre où il y'avait une conférence.

Je le répéte encore: dans le Théâtre Invisible, les acteurs doivent jouer comme de vrais acteurs

 

                                                                                                   Page 46

 

 

 

Repost 0
Published by polemika
commenter cet article
7 février 2012 2 07 /02 /février /2012 22:44
Numéro une: Hino Brasileiro
 
Numéro deux: Fratelli d'Italia
Numéro trois: Orientales, la patria o la tumba
Numéro quatre: La Marseillaise
soixante-cinq millions de voir les choses!
En totale solidarité avec ceux dont le patriotisme déroge de celui que les officiels veulent nous imposer, sans se rendre compte qu'ils l'enlaidissent.
Car le but d'un artiste est de s'approprier un concept et de le retransformer en fonction de sa sensibilité.
L'artiste ne vous demande pas de l'aimer, de l'aduler, mais d'entendre sa version des faits.
Numéro cinq: Le Lion Rouge ( Ecrite par Leopold Sedhar Senghor)
Numéro six:Flower of scotland
Numéro Sept: Star Spangled Banner
 

 

 

Numero huit: Jana Gana Mana

 

 

Numéro neuf: Land we love

 

 

 

Numero dix: Hymne national Russe

 

Repost 0
Published by polemika
commenter cet article
5 février 2012 7 05 /02 /février /2012 19:45

La Feuille de vigne

 

Nôtre collègue on l'aimait tous vous savez! On n'a toujours pas comprit ce qui à bien pu se passer dans sa tête!

Ce lundi matin, comme tous les jours, nôtre magasin ouvrait ses portes vers neuf heures afin d'accueillir le plus grand nombre de clients fidèles à nos prix. Évidemment, pour la bonne marche, nous devons tous être présents aux alentours des huit heures, le temps pour chacun d'organiser le rayon qui lui est propre.

Puis nôtre collègue, Alban V., s'est pointé dans une tenue que nous qualifierons de prosélyte. Nous avons aussi vu qu'il n'était pas très beau de corps, tout compte fait. Les vêtements ça doit correspondre à ce que vous êtes, mais enfin ce n'est pas dans un hypermarché que vous entendrez ce bon conseil; nous on est là pour vendre, de la daube, du toc, de la camelote; jusqu'à présent on retenait d'Alban qu'il était discret, qu'il ne cherchait jamais les ennuis; mais là, en venant seulement vêtu d'une feuille de vigne, il à carrément dépassé les bords. Il à soutenu que c'était sa religion qui l'exigeait; si encore il travaillait avec les manutentionnaires, dans l'entrepôt derrière, on aurait rien dit; mais Alban travaille au rayon bijouterie et on imagine à quel point nos vieilles fausses bourgeoises seraient toutes émues de voir un Adam quasi-obèse leur vendre le bijou de leur rêve. Manu militari, il s'est fait virer sans solde. Je tiens à signaler que nous ne sommes pas Exibitionnophobes; c'est là que nôtre collègue à été cherché de l'aide dans sa communauté; hommes et femmes nus; feuille de vignes arborées en guise d'étendards; à l'inverse des hippies ils ne parlaient pas de faire l'amour au lieu de la guerre; ils étaient armés de massues et nous criaient " Nous niquer vous!"; côté femmes ça laissait pantois, du bon comme du mauvais; ça laissait aussi entendre que les trois religions conservent bien un socle primaire, bestial, d'où cet atavisme qu'on les intégristes à vouloir sans cesse se taper sur la gueule; dans leurs revendications j'entendais qu'ils vouaient aux gémonies l'ère industrielle; qu'ils voulaient raser tout ce qui ressemble de près ou de loin à la technologie; nos clients sont restés dans la galerie, inquiets; en intimidations ils sont allés loin, oh mon dieu rien que d'en parler...ils ont imité les exhibitionnistes qui, ben, s'exhibe au premier venu, avec les gabardines laineuses qui vont avec...

Sauf que l'un de nos vigiles, qui avait enlevé la muselière à son chien, n'à pas pu empêcher ce dernier de se ruer sur Alban lorsque celui-ci s'est agité en première ligne...

Que de boucherie pour pas grand chose!

Nous sommes encore sous le choc, vous savez! On ne comprend toujours pas ce qu'il lui à prit, à Alban. Il n'était pas comme ça, non il n'était pas comme ça...

 

 

 

 

 

Scandale

 

Un scandale à éclaté au village de M, en plein coeur de la brousse Camerounaise; pendant la soirée censée fêter le mariage d'un neveu du Premier Ministre on à subitement perdue la mariée de vue; il est vrai que la demeure de l'homme d'état est grande, vaste, avec un jardin constamment gardé par des Crocodiles du Nil chargé de bouffer le premier intrus; en premier lieu l'on à pensé que la mariée se trouvait au fond du ventre de l'un d'eux; que nenni, aucune odeur synonyme d'engloutissement; un des majordomes à eu l'audace de tirer la manche du Premier Ministre; celui-ci à failli ordonner que l'on jette le domestique en prison; quant il lui a expliqué de quoi il en retournait, le Premier Ministre à envoyé six de ses hommes vers le grenier de sa résidence; les hommes sont revenus en compagnie de la mariéedont le haut était défait, et du prêtre ayant procédé à la cérémonie;le prêtre qui ressemblait plus- sur le coup- à un de ces acteurs jouant dans ce genre de films condamnés à tort ou à raison par l'Église; nu comme un vers; le Premier Ministre à fait réunir l'ensemble des invités dans le jardin; avec l'accord forcé de son neveu il à fait annuler le mariage et fait bannir le prêtre de la demeure, sans lui redonner ses vêtements; voulant alors faire un exemple, rageant d'avoir expulsé le prêtre, il fait dépecer -vivant- en petits morceaux le majordome à l'origine de la dénonciation et ordonne qu'on les utilise pour nourrir les crocodiles affamés; quant au restant des invités il les à prié de bien vouloir quitter les lieux, son neveu y comprit; la non-mariée à voulu elle-aussi partir, mais il l'a retenu par le bras et lui à dit:

Cette nuit je vais avoir besoin d'une femme

Son sourire carnassier blanchissait au travers de la nuit et la non-mariée- femme sacrifiée- n'a pu que se résoudre à se laisser pieuter par un animal en rut.

Au Cameroun, certains vous diront que cela fait partie des Traditions!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

               Moralité...

  

  

 

 

Le vieux Lama était fort irascible. Contrairement aux milliers d'autres voyant dans le Bouddhisme une béatitude d'être. La raison était qu'un commerçant se faisait un fric fou en vendant des figurines à l'effigie de Siddhartha Gautâma, dit le Bouddha, et, malgré les recommandations de ses frères de croyance qui lui conseillaient de ne pas tenter quelconque acte contraire à leur religion, le Lama finit par emprunter un marteau à un forgeron qu'il avait intimidé à coup d'impréccations éructées d'une voix glaiseuse, et, dans cette arrogance de se penser seul-unique-et-dernier-vrai croyant, il est allé fracasser une à une les bouddhas placés sur les stands. Certes, si tu vois le Bouddha apparaître devant toi, tu te dois de le détruire, car il ne peut apparaître qu'au fond de toi.

Le commerçant n'a rien dit. Il s'est tu et bizarrement ses traits se sont creusés comme si il sentait les premiers effets de l'éveil.

Les autres bonzes- plus humbles- ont voilé leurs visages tellement l'acte aberrant signifiait pour le Lama un point de non-retour; le Lama, fat, satisfait de son acte devant bien plus à de l'infantilisme qu'autre chose, s'est mit dans ce qu'il assimillait à une pensée réunissant les exils intérieurs et extérieurs. Il en à plusieurs fois souri. Au final, selon-lui, l'Eveil lui confirmait la possibilité d'être mauvais avec son prochain. Convaincu qu'il n'avait plus rien à faire parmi les moines il payé un batelier afin d'acheter la barque la plus solide qu'il soit. Il voulait s'enfuir au plus loin.

Le commerçant n'a pas versé une seule larme. Il à continué d'aimer les siens et en à profité pour se balader. Il a prit aussi plaisir à s'asseoir sur une berge bordant ler lac et observer l'écoulement limpide de celui-ci.

Un matin, le courant était si fort qu'il croyait voir le déchaînement des forces naturelles seconde par seconde. Enfin, il à éclaté d'un rire sardonique. Le corps du Lama vaniteux filait droit vers une cascade qui fera oublier à jamais cet être misérable.

Si un ennemi te fais du tort, abstiens-toi de te venger! Va t'asseoir près d'un lac et tu verras à un moment donné son cadavre passer!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La Tactique du Fou

  

 

 

            Il était une fois un Royaume Islamique régenté par le Cheikh Hakim; dans le fond c'était un homme juste, sage, et tolérant comme on en fait plus à nôtre époque dominée par la théorie du marché. Le cheikh Hakim autorisait tout dans une moindre mesure, ce qui fait que grand nombre de voyageurs ont fini par se sentir plus libres qu'à l'intérieur de leurs contrées d'origines.

          L'homme ne vivait pas dans l'opulence de ses pairs sanguinaires avides de chairs et d'argent; un modeste palais nacré lui servait de demeure; il y recevait quiconque voulait s'adresser à lui; autre fait étrange les enfants de chaque famille présente sur le territoire- peu importe la tribu d'origine devait suivre son enseignement. L'on retrouvait ainsi des enfants issus de toutes les religions du livre, mais également de celles dîtes brahmaniques, des Zoroastriens, des Bouddhistes, ou encore la chair des esclaves remis en liberté.

           En apprenant ce détail deux prédicateurs Mahométans se rendent dans le Royaume d'Hakim. Ils refusent toute forme d'hospitalité car selon-eux le Royaume croule sous la corruption condamnée d'Allah.

           Tous ces gens libres leur donnent un sentiment nauséeux. Ils se hâtent de se rendre au palais et demandent à voir le Cheikh au plus vite; des gardes les amènent voir Hakim, alors entouré d'une cohorte d'enfants. Les deux prédicateurs se mettent alors à lui asséner ce genre d'imprécationsqui auraient fait trembler plus d'un monarque.

             Hakim leur demande:

- Savez-vous au moins qui je suis?

             L'un des deux répond:

- Tu es le fils d'une chienne

              Mais l'autre, aussi dur, croyant à une possible rédemption d'Hakim:

- Tu dois revenir à la Foi pour sauver ton royaume, sinon il sera perdu et Allah abattra son courroux.

             Leur désaccord ne fait pas sourciller Hakim qui conseille aux enfants de regarder ce qui va s'ensuivre, et de tirer une leçon nécessaire pour leurs futures vies d'adultes.

- Messieurs, sachez qu'auparavant j'étais un Fou. Tout le monde pensait que la folie faisait de moi quelqu'un d'irrécupérable. Mais comme j'étais plein d'histoires l'ancien Cheikh m'a fait mander auprès de lui. Comme il était mourrant il estimait qu'il était en droit de connaître les raisons de ma folie. Je lui ai simplement répondu que j'essayais de m'adapter à la société. Il en a ri, si fort que son dernier souffle de vie lui a fait quitter notre monde sans ressentir la moindre douleur. Son fils aîné, qui devait prendre sa succession, m'a nommé Fou de sa cour. J'ai diverti pendant des années sa cour d'hypocrite. Mais il ne m'a pas fallu longtemps pour deviner que son petit frère cherchait à le renverser, en s'appuyant sur les Seigneurs de la Guerre, et qu'en conséquence le Cheikh martyriserait tout un peuple déjà opprimé

- Alors qu'as-tu fait? Ont-ils demandé, intrigué.

- Vous allez le savoir dès cet instant...gardes, amenez-les sur la plate-forme de jeu. Les enfants suivez-moi!

              Les deux prédicateurs sont amenés jusqu'à la cour du Palais transformée en grand échiquier. Le cheikh Hakim n'a pas eu besoin de faire les présentations. Les deux rois qui s'opposaient n'étaient nuls autres que le Cheickh et son petit frère. Comme la coutume l'exigeait l'un était en charge des Blancs, l'autre des Noirs.

- Au hasard d'une bouffonnerie, reprend Hakim, je les ai convaincu de faire une partie d'échecs grandeur nature. Comme vous le voyez ils n'ont pas pu résisté. Ils ont obéis à leurs orgueils plutôt qu'à leurs raisons. Dans la première partie les Reines étaient leurs femmes, les Cavaliers étaient des fidèles dévoués à leurs idées, les fous étaient des Vizirs sans scrupules, et les pions des crétins prêts à sacrifier leurs vies pour leurs gentils maîtres adorés.

            La scène, en soi, était ridicule. Avec horreur les prédicateurs voient que les " pièces humaines" reproduisent le règlement des Échecs. Sous entendu qu'ils utilisent des armes pour ensuite " bouffer" l'adversaire, que les " Cavaliers" sont constitués d'individus à quatre pattes portant d'autres sur leurs dos, ou que les " Tours" s'avèrent constituées chacune de dix hommes ceinturés par des élastiques; quant une pièce est bouffée des domestiques s'empressent de la retirer et de la laisser giser sur le côté parmi tant d'autres, inertes, voire en décomposition; les enfants sont amenés à s'asseoir. L'échiquier est surveillé par des gardes, au cas où une "pièce" voudrait s'échapper.

- Mais qui sont ces hommes et ces femmes? Demande un des deux prédicateurs intrigué qui désigne tout un ensemble d'individus enchaînés tout au fond.

- Allah ne vous l'a pas fait comprendre? À l'origine ce sont des brigands, des fanatiques, des assassins, ou des rebelles...ils me servent de pièce de rechange lorsqu'il faut entamer une nouvelle partie. Mais je ne vais pas vous infligez ce traitement-là. Vous tombez bien d'ailleurs, une partie va bientôt commencer. Vu que vous n'étiez pas d'accord à mon sujet tout les deux, vous incarnerez chacun un fou dans l'une des deux équipes

Repost 0
Published by polemika
commenter cet article
5 février 2012 7 05 /02 /février /2012 13:45

 

Encore une fois l'Histoire est bafouée par des oppositions de camps politiques! Encore une fois cela se fait aux détriments des victimes

 

 
 
CLEMENCE K., 24 ans, rescapée du génocide, Nyamata.

"Nous nous étions réfugiés à l'église. Les Interahamwe étaient autour de nous, mais ne nous adressaient pas la parole. Les militaires nous ont encerclés et nous ont dit qu'ils nous protégeaient. Nous étions très heureux. Mais le dimanche suivant, les militaires et les Interahamwe se sont mis ensemble pour nous assassiner.

Je me suis évanouie sous un coup de gourdin.

Le soir, je me suis réveillée parmi les cadavres des miens. Tout le monde était nu, comme moi. Je me suis cachée dans un champ de sorgho. J'avais froid. Au bout de trois jours, j'ai eu faim et je suis rentrée vers ma maison.

J'ai peut-être fait 4 kilomètres ainsi, toujours nue.

Lorsque je voyais des gens, je me cachais dans les fourrés.

Arrivée chez moi, j'ai constaté que la maison était détruite et j'ai demandé à manger à nos voisins hutu. Ils ont ri. Ils ont appelé les voisins, j'ai été encerclée et l'on m'a assise de force au sol. Les gens riaient et me demandaient ou étaient ma famille. Je ne répondais pas, je cachais ma poitrine avec mes bras. Finalement, l'un d'eux m'a emmenée et enfermée, toujours nue, dans une pièce sans fenêtre. Le jour il assassinait. Le soir, il me battait et me violait...

Lorsque je me suis retrouvée enceinte, j'ai d'abord eu honte. Mais aujourd'hui, je dois reconnaître que cet enfant est la seule richesse qui me reste. Je l'ai appelée Umumararungu, celle qui me sort de ma solitude.

 

http://www.aidh.org/rwand/10_temoign.htm

 

Teddy:

 

"Je m’appelle Teddy et j’ai 19 ans.  Notre famille vivait normalement avant le génocide. 

Peu après la mort du président,  des rumeurs disaient que l’on était en train de tuer des gens. Ce soir-là nous sommes restés à la maison. Mais le lendemain nous avons vu qu’on brûlait la maison d’un voisin et nous nous sommes enfuis dans la brousse pour nous cacher. Les assassins sont entrés dans notre maison, et, ne nous trouvant pas, ils ont volé tout ce qu’ils ont pu. Quand ils sont partis, nous sommes revenus, mais seulement pour ramasser ce qui restait et repartir ailleurs. Notre groupe se composait de maman, papa, mes frères et sœurs et quelques oncles et tantes avec leurs familles.

Les assassins nous ont retrouvés le lendemain et nous avons du fuir en courant une nouvelle fois, mais un de mes oncles était aveugle et n’a pas pu continuer à la même vitesse. Nous avions un voisin à qui mon père avait donné une vache. Il a dit à mon oncle qu’il pouvait se cacher chez lui, et qu’il le protègerait. Comme c’était un bon voisin, on ne le soupçonnait pas, alors mon oncle aveugle est resté. Nous avons appris par la suite que lorsque les assassins sont arrivés, le premier à attaquer mon oncle fut ce monsieur, et mon oncle est mort.

Au début, depuis l’endroit où nous étions, nous avons lancé des pierres aux assassins pour nous défendre et nous donner la possibilité de nous échapper. Pendant la journée nous courions et la nuit nous cherchions une maison pour nous cacher. Mais les assassins avaient des machettes et des revolvers. J’ai vu comment on tuait beaucoup de gens, ils leur coupaient le cou  ou alors ils les arrosaient de balles. Un parmi eux a été pendu dans l’école pour que les passants  le voient.

 Nous ne faisions que courir, nous battre, et nous cacher. Un des hommes qui était avec nous était un héros. Il allait vers l’avant pour se battre, et quand il voyait que l’on tuait des gens derrière, il retournait pour les aider. Après, ils ont envoyé d’autres interahamwe  au lieu où nous étions. Nous étions huit enfants quand ils sont arrivés. A la fin de la journée il n’en restait que trois. 

Un jour plus tard, les tueurs sont revenus. J’’ai dit à mon frère de se cacher dans le puits, mais il a pris une balle dans la mâchoire pendant qu’il remontait.

Nous nous sommes divisés en deux groupes et nous nous sommes enfuis pour sauver nos vies; les assassins nous tirant dessus pendant que nous nous dispersions. Les chemins étaient barrés et ils nous tiraient dessus quand nous essayions de passer, mais il fallait continuer parce qu’on avait les assassins sur nos talons. Certains sont morts, d’autres ont survécu. La nuit, nous entendions à la radio que l’armée patriotique du Rwanda était arrivée à un certain endroit. Ils demandaient aux tueurs par radio d’achever leur travail rapidement. Finalement, les soldats français sont arrivés, ils nous ont protégés et nous ont donné des habits et à manger.  

Quand les tueries se sont arrêtées, j’ai dit à mon frère que nous devions travailler dur, rester unis, et pardonner à ceux qui nous avaient fait du mal. Je suis retourné à l’école trois ans après le génocide. Mon frère et moi,  nous avons des problèmes de santé et j’éprouve de la difficulté à payer mes études et acheter le matériel scolaire. Maintenant, je veux terminer mes études pour pouvoir aider mon frère. Je veux travailler pour l’unité afin que tout ce qui est arrivé en 1994 ne se reproduise pas. Je veux être capable de construire ma propre maison sans avoir à demander la charité.

Les plus grands problèmes du Rwanda sont maintenant le SIDA et la pauvreté.  De plus, les assassins n’acceptent pas la responsabilité de ce qu’ils ont fait. Si les assassins demandent pardon et rendent ce qu’ils ont pris, je pourrai leur pardonner.

Je veux que le monde soit au courant de nos problèmes, se souvienne de ce qui est arrivé, et nous aide à atteindre une meilleure vie."

 

 

Sans oublier le témoignage de ce général onusien dont je n'ai plus le nom, qui, assistant de près au massacre, ne peut même plus supporter la vue d'un fruit découpé en deux parties.

 

 

Il y'a aussi le cas de cet homme marié à une Tutsi, en compagnie de laquelle il avait quatre enfants. Après délibérations d'un tribunal Hutu, les aînés furent reconnus comme Hutus. Tandis que les deux derniers, plus leur mère, furent étiquetés de Tutsis. Sur l'ordre du tribunal cet homme à liquidé sa femme et les deux enfants qualifiés d'impurs.
 
Bernard Lugan, historien controversé, donnant sa version des faits. Outre le fait qu'il soit un peu hermétique aux maths, il arrive néanmoins à nous faire poser une question: comment se fait-il qu'un attentat ayant entrainé la mort de deux chefs d'états n'ait pas plus suscité d'indignation que cela?  Comment réagirait-on si les présidents Américains et Israèliens venaient à disparaître au cours d'un attentat en plein vol d'Air Force One...on s'indignerait, ce qui serait assez normal, compte tenu que tuer un chef d'état- sauf si sa politique est nuisible- c'est atteindre la souverraineté du pays qu'il est sommé de gérer.
                                                                           
                                                                          
                                                                               Causes du génocide
L'inspiration de ce carnage serait une conséquence directe de la colonisation, avant laquelle les Tutsis avaient le pouvoir. C'est durant cette période délicate que les Hutus vont se voir appuyés par l'envahisseur du temps de mettre en place une administration coloniale. A l'instar de nombreux autres pays colonisés cette décision -censée fraterniser les tribus au-delà de leurs clivages- va au contraire alimenter les tensions au point de leur donner une dimension raciale.
Certains membres de la monarchie Tutsie- plus des milliers de partisans- prendront le chemin des pays voisins, ne supportant pas de voir leurs pays tombé aux mains d'un envahisseur. A partir de là il y'a une diaspora Tutsie qui s'étend dans les pays frontaliers: Ouganda, Congo, Tanzanie, Burundi. A savoir aussi que des minorités Hutus résident dans ces contrées en question.
Lorsque le Rwanda accédera à son indépendance, il aura pour président Grégoire Kayibanda, le premier chef d'état Hutu qui aura dès lors à en démordre avec des exilés Tutsi, qui serviront de justificatif à des premiers massacres. Kayibanda utilisera cette haine fratricide pour garder main mise sur le pouvoir, jusque là rien de nouveau car d'autres pays vont connaître des affrontements de ce type ( notamment le Cameroun avec les Bamileke, dont quelques uns- Ruben Um Nyobe par exemple- auront été les fondateurs de l'UPC). 
 
 Jusqu'à ce que Juvénal Habyarimana renverse le dictateur précédent et instaure une nouvelle dictature qui suivra une ligne plus ou moins éthniciste pour contrer l'influence Tutsie ( qualifiée par certains d'ailleurs de Nazie). D'autres historiens, tels que le très contesté Bernard Lugan, vont jusqu'à dire que le coup d'état d'Habyarimana était nécéssaire dans la mesure où il aurait empêché une guerre interhutu ( cause à des rivalités ancestrales). Hors, jusqu'aux années 90 si les Tutsis subissent des discriminations institutionnelles, leur quotidien était largement plus supportable que durant l'ère précédente...Du moment qu'ils ne se mêlaient pas de politique.
Au tout début des années 90 est né le Front Patriotique Rwandais, crée par des exilés Tutsis en Ouganda. Sous la bénediction de Yoweri Museveni alors chef d'état Ougandais, principal opposant à Idi Amin Dada, et lui-même...issu d'une famille Tutsie. Dans le FPR on compte également des Hutus, mais les principaux chef sont Tutsis et colportent un nationalisme revanchard les amenant à commettre des exactions: meutres, pillages.
Mais le vrai élément déclencheur sera bien l'attentat du 6 Avril 1994. Un missile sol-air touchera l'avion à bord duquel se trouvaient Juvénal Habyarimana et son homologue Burundais- également Hutu- Cyprien Ntaryamira qui succédait à Melchior Ndadaye ( Hutu, assassiné deux mois plus tôt).
Mesures de Paul Kagamé:
- Suppression de la langue Française au profit de l'Anglais
- Lutte contre l'éthnisme
- Enfermement, puis grace, de Pasteur Bizimungu ancien président
- Soutien officieux de la milice tutsie de Laurent Nkunda en République Démocratique du Congo
Selon ses détracteurs:
- Kagame et ses proches seraient impliqués dans une série d'assassinats visant des opposants au régime.
- Certaines consciences l'accusent d'instrumentaliser le génocide pour asseoir son pouvoir.
Repost 0
Published by polemika
commenter cet article
20 janvier 2012 5 20 /01 /janvier /2012 10:46

Debrideur_Megaupload_1.png

 

 

Alerte! Alerte! Nos libertés sont en train de se voir attaquer par un méchant virus...il se nomme Major-exterminator et cherche à tuer par tous les moyens nos libertés de consommer...en même temps l'idéologie de partage véhiculée par les responsables du site est morte née compte tenu que les responsables ont cédé à leur propre appât du gain. Certes, le téléchargement n'est pas l'ami des artistes...enfin de certains artistes multimillionnaires, parce que des artistes vous en voyez tous les jours dans la rue et ils n'ont pas forcément une situation des plus enviables.

 

Mais de quoi s'étonne-t-on? Nous sommes en pleine crise et nous autres zombies consuméristes on cherche à se procurer notre dose par tous les moyens possibles, et, si possible, en payant le moins cher possible, voir gratuitement. Parce que voyez-vous on nous a habitué à être dans la demande depuis notre tendre enfance, se rappeller du nombre de spots publicitaires promouvant des jouets, des jeux vidéos, et nous, la génération Y, avons malheureusement gardé cette manie de vouloir tout, tout de suite, et après de stocker l'objet dans un coin avant de le revendre, ou de le jeter. Car posséder serait, apparemment, un signe d'épanouissement.

 

Mais voila, nous qui avons été aux premiers postes de l'hyperconsommation, et qui avons- du moins pour ceux nés au début des années 80- en tête des films tels que War Games, Matrix, Akira, tout en pouvant télécharger Marx ou Joseph de Maistre en PDF, nous sommes dans un défi pour reprendre Jünger- comme l'ont été les générations précédentes ou comme le seront les arrivantes. Outre les fanatismes religieux ou les tentatives d'avilissements orchestrées par certaines idéologies communautarisantes, nous sommes face à un tas d'ennemis surpuissants avec lesquels il faut s'attendre à tout. Ceux-ci, grâce à l'activation de leurs lobbies qui ont su corrompre des politiciens-marrionnettes, parviennent à faire des coups bas afin d'éliminer toute forme de concurence.

 

On ne s'étonnera pas de trouver dérrière l'arrestation des responsables du site Megaupload le Parti Républicain, dont beaucoup de membres de la branche libérale sont des " portes-tournantes", en gros des gens qui ont travaillé auparavant pour des grands groupes et qui ont su jouer de leurs relations pour réaliser leurs petites ambitions ( moyennant coups bas évidemment). Ce qui ne veut pas dire que le parti démocrate soit mieux. Et dérrière ces actions, télécommandées évidemment, qui trouve-t-on? Les Majors! 

 

Car l'avantage du téléchargement gratuit est qu'il vous fait économiser des sous: ainsi vous évitez de dépenser dix à quinze euros pour aller voir une merde cinématographique et vous baffrer de popcorns caramélisés, ou de chips nachoos sauce guacamole. 

Repost 0
Published by polemika
commenter cet article
19 janvier 2012 4 19 /01 /janvier /2012 11:08

 

 

 

 

Dans le dernier épisode des Experts Miami, série tantôt inexacte, tantôt gonflante avec ses démonstrations abracadabrantesques, il est question de la balle intelligente ( Smart Bullet). La firme Américaine ATK ( Army Techsystems) serait effectivement en train de développer le fusil XM25 qui aurait la capacité de tirer des projectiles capables d’atteindre leurs cibles quelque soit le lieu où elles se trouvent. J’ en avais vaguement entendu parler auparavant. L’arme aurait été crée en 2009 et la firme compterait la mettre en circulation d’ici 2012. Elle aurait été testée en Afghanistan courrant 2010 afin de la tester contre des talibans.

  

 

A la base elle est conçue pour débusquer les snipers. Chaque munition de 25 Mm posséde une puce recevant des signals radio, grâce auxquels la munition sera informée des mouvements de sa cible et elle s’orientera grâce à des petits ailerons incorporés. Nul besoin de préciser que le fusil dispose d’un systême de télémétrie laser- c’est-à-dire qu’il comporte un micro-systême informatique de pointe qui lui permet initialement de déterminer la distance à laquelle se trouve la cible. Pour l’instant, comme beaucoup de balles, elle est explosive. La volonté d’ATK serait justement de créer des balles pouvant neutraliser l’adversaire sans pour autant le tuer.

http://www.time.com/time/specials/packages/article/0,28804,1934027_1934003_1933992,00.html

 

http://www.maxisciences.com/arm%E9e/innovation-une-arme-qui-traque-l-ennemi-cache_art2330.html

 

 

En 1941 un conducteur de char encore inconnu du grand public, Mikhai Kalachnikov, se met à déssiner les plans d’une arme qui feront sa renommée. Le AK-47. Le contexte voulait que Kalachnikov commença à déssiner ces plans dans sa chambre d’hôpital, il avait été bléssé pendant la bataille de Briansk. L’objectif de Kalachnikov était d’inventer une arme d’assaut rapide, fiable, et économique. L’idée faisait suite évidemment au constat que la Wermacht disposait d’une artillerie supérieure au régime soviétique. Aujourd’hui mister AK-47 se trouve pour une bouchée de pain et se voit utilisé par des gamins qui pourrait être des petits frères qu’on cajole ( quelle avancée!). Le AK-47 également prisé par les groupes armés.

 

 

 

 

http://www.air-defense.net/forum/index.php?topic=11955.0

 

 

Prions pour que le fusil XM25 ne connaisse pas le même destin que le AK-47!

 

Repost 0
Published by polemika
commenter cet article

Présentation

  • : Polemika
  • Polemika
  • : Fourre-tout
  • Contact

Recherche

Liens