Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 septembre 2012 3 26 /09 /septembre /2012 18:04

 

 

Crise d'égo et Pétage de plomb...

 

Morcellement.jpg

 

 

 

Voir deux fleuves fusionner était ce genre de luxe que ne pouvait plus se permettre n'importe qui, surtout de nos jours où le prix de l'immobilier faisait que plus grand monde pouvait se permettre de payer un bras par mois contre quelques kilomètres carrés gourmand d'eau et d'électricité. Du bureau on pouvait voir la Saône se jeter dans le Rhône, de guerre lasse, et quelque part ça avait du bon d'avoir écrasé des tas de gens quitte à leur infliger des souffrances émotionnelles, au moins la nature lui permettait d'assister à ce spectacle mélancolique sous une sempiternelle grisaille plombante. De St Just on avait une vision panoramique de la Capitale des Gaules, voir jusqu'aux confins du Bugey. Un carreau de fenêtres traditionnelle refléta un visage angulaire hissé depuis un manteau en cuir dépenaillé, blême, hâve, les prunelles bleutées incurvées dont les iris étaient enflammées, le tout recouvert de cheveux bruns mi-longs qui partaient dans tous les sens en signe de désespoir.

  • Ah, Andréas. Ça va faire longtemps. La dernière fois c'était quand que tu étais venu me supplier, attends...Ah oui, hier. Quand j'étais au parc de la Tête d'Or, en train de promener mon chien. J'ai pourtant été clair, je veux un roman policier.

Mais au lieu d'avoir le caprice habituel qui durait plus de six mois, il entendit une voix caverneuse proférer:

  • Sale pédale, tu vas regretter ce que tu m'as fait.

Une étreinte s'exerça sur ses épaules et des mains le retournèrent brusquement vers le même faciès empourpré de colère qui répéta à nouveau Sale Pédale tu vas regretter ce que tu m'as fait, durement, sans la moindre once d'humanité, et subitement son front dolichocéphale heurta l'arête nasale cabossée de l'éditeur bedonnant. Jean-Marc Arvanches eut la réaction de se comprimer l'endroit touché en se courbant légèrement, à deux mains bien appuyées, sentant les premières gouttes d'hémoglobines lui passer entre ses doigts boudinés rosâtres, et avant même qu'un cri ne sortît de sa bouche la pointe d'un genoux toucha violemment la zone épigastrique et il se plia en deux, le souffle coupé, retombant sur les genoux, bras ceinturant la bedaine.


Sale pédale tu vas regretter ce que tu m'as fait! Entendait-il encore à l'intérieur de sa boîte crânienne.

  • Ben alors, tantouze à la con. Comment tu disais-déjà? Ah oui, détends-toi! Je t'ai dis Détends-toi putain d'enfoiré de merde.

Andréas Noob souriait à en pleurer, maintenant qu'il allait administrer une raclée à celui qui aura été son pire cauchemar pendant des mois il sentait un effet de libérateur. Il n'était pas homophobe ou quoique ce soit, c'était juste qu'il haïssait Arvanches pour l'avoir traité comme une serpillière. Tout ça parce qu'il fallait écrire une petite commande que l'histoire bonne fille saura oublier. Violemment, il tira les cheveux de l'infâme qui d'habitude zozotait le venin de serpent et transpirait via ses joues poreuses la vaseline à base de graisse de phoque, une pédale en somme, une pédale qui ne pensait qu'à fantasmer sur les policiers scandinaves qui résolvent des enquêtes en combattant le crime, ceci à force de passer chaque vacances sur l'île de Mykonos où on avait le choix entre reluquer les petits culs de gitons potentiels assis sur du sable doré et participer à des enfilades générales au beau milieu d'une piscine où les corps reproduisent des farandoles éphémères, pour ça qu'Arvanches était aux yeux d'Andréas Noob un balais à chiottes, mais pas un homosexuel au sens propre du terme, car selon-lui l'homosexuel avait le mérite de revendiquer un sens de l'esthétisme hors du commun.


 

  • Alors, pédale, tu aimes la merde pas vrai. Hein? Hein! Au point que tu adore plonger les autres dedans. Tarlouze, toi et ton patron vous m'avez bien eu...Mais d'entre tous le collabo c'est toi, sac à merde. Je vais t'envoyer chez les Grecs, tu vas voir...Hein! Sale pédale! Oui, PARCE QUE MOI JEAN-MARC ARVANCHES JE SUIS UNE GROSSE FIOTTE, allez fais-moi plaisir dis-le...Dis-le que tu aimes la merde! Je t'ai ordonné de le dire, pauvre connasse! Dis-le... 

 

 

   D'habitude Arvanches avait ses cheveux grisonnants coiffés comme le perroquet péteux qui se flatte de pouvoir imiter le langage humain, pâle comme un cachet, un oeil gris qui dit merde à l'autre, la bouche en bec de poule qui picote du pain dur et cocotte une voix nasale zézayante attachée de presse du serpent venimeux ayant tenté Eve puis Adam, d'habitude car Andréas Noob lui avait tiré les cheveux par l'arrière et lui beugla de nouveau à moins de dix centimètres de sa gueule amôchée, lui faisant sentir du coup son haleine schlinguant la bibine post-industrielle 8.6 Bavaria boisson nationale des clodos squattant l'espace public et horrifiant les petites gens aspirant toujours à faire partie de la bonne société qui se foutait constamment de leurs gueules, Andréas Noob esquissant un sourire en coin fortement mâtiné de perversion, Andréas Noob postillonnant des Sale pédale en repensant à toutes les moultes humiliations subies au cours des derniers mois:

  • Répéte: JE M'APPELLE JEAN-MARC ARVANCHES ET JE SUIS UNE FOLLE QUI AIME SOUILLER LES AUTRES.

  • Je...Je m'appelle Jean-Marc Arvanches et je suis une folle qui aime souiller les autres.

  • Allez, on continue. JE SUIS UNE GROSS'GROSSE LOPETTE.

  • Je...Je suis une...Je suis une gro...Une Gross'grosse lopette!

  • Et j'aime la merde!

  • J'ai..J'aime la me..J'aime..J'ai...J'ai...J'aime la la me-mer-merde!

  • Mais c'est bien ma pédale, tu fais de grands progrès. Tu te rappelles de notre premier entretien. Non? Moi, ouais...BRAVO POUR TON ROMAN, ON A BESOIN DE GARS COMME TOI...Et moi, naïvement qui ai cru que tu me flattais, pédale...MAIS DIS-DONC TON TRUC FAIT UN PEU ROMAN POLICIER...Là-dessus j'ai sourcillé. J'ai émis une protestation parce que tu vois j'ai passé des jours et des nuits entières à déployer mon phrasé, et toi...ET TOI LA TAPETTE, toi...Toi tu oses me dire J'AI BIEN COMPRIS QUE T'AVAIS UN ÉGO. MAIS TU VOIS TON LIVRE IL NE SE VENDRA PAS. PERSONNE NE VOUDRA ACHETER UN LIVRE QUI TOURNE AUTOUR DE L'HISTOIRE D'UNE CHAISE EN BOIS QUI TRAVERSE LE TEMPS. Connard! La chaise en bois, elle représentait un objet métaphysique témoin de son temps, le temps que je voulais repeindre. La remontée vers le temps, tu sais la chose si chère à Marcel Proust. Tu vois pédale, Proust c'était un homosexuel, pour moi ça signifie que c'était un monsieur respectable et que sa notion d'esthétisme m'imprègne...Alors que toi, ben t'es une pédale! Tu comprends la littérature c'est pas la Gay Pride. NON MAIS TU CROIS QUOI? AUJOURD'HUI LA MASSE DES GENS QUI LISENT VEULENT QUELQUE CHOSE QUI VALENT LE COUP DE JETER VINGT EUROS. OUI, TOI JE TE VOIS...AVEC TON LOOK UN PEU SOMBRE..ROMAN POLICIER...ET PUIS TU TOMBES BIEN J'AI UNE COMMANDE POUR TOI...Sale pédale je vais t'envoyer en Enfer, où tu te feras bien sodomiser par la Bite de Satan.

     

       Andréas Noob réalisa un enchaîné droite-gauche qui causa des coupures aux arcades sourcilières, Arvanches s'écroula sur la moquette grise uniforme et comme par magie il extirpa d'une poche extérieure une forme non-identifiée emballée sous du sopalin blanchâtre, le sourire rageur lui donnant une sensation de puissance Andréas Noob ré-empoigna les cheveux d'Arvanches et déballa le paquet qui aspergea les narines d'Arvanches avec une odeur excrémentielle, Tu sens pédale c'est l'oeuvre de ton clébard au Parc de la Tête d'Or chuchota Andréas Noob qui, de l'autre main, força Arvanches à s'allonger sur le dos.


  • Tu sais que tu as été mon pire cauchemar pendant des mois, ô Pédale. Une fois j'ai rêvé que je faisais connaissance avec une jolie demoiselle, que nous discutions sous un arbre, que je lui déclamais des vers, que nous nous embrassions, que nous nous tâtions, puis subitement elle me prie de m'allonger à plât ventre...C'est là que son doux visage s'est transfiguré en toi, Pédale, et que tu m'as sorti ton classique Détends-toi..Fils de pûte. Travelo. Pervers...Allez Détends-toi. Manges le repas que je t'ai concocté! Fulmina Andréas Noob en forçant l'éditeur à ingurgiter le hors d'oeuvre à base de matière fécale canine. OUI, ANDRÉAS NOOB...ROMAN POLICIER...AVEC DES POLICIERS QUI COMBATTENT LES FORCES DU MAL! Tu...Ce roman devait symboliser la première d'un édifice face à laquelle les oeuvres de Stendhal, d'Hugo, et de Balzac, devenaient abstraites...Mais non, toi c'est la distribution de soupe qui t'intéresse...Pédale! Arvanches eut un haut le coeur et poussa des résidus marronnasses hors de sa cavité buccale en bec de poule, avant de recracher des morceaux entiers humectés de salives et Andréas Noob- toujours armé du sopalin- les ramassa, s'amusa à barbouiller la partie ensanglantée du visage et créa du rouge-marron qui évoquait à la fois une sauce pour préparation culinaire et la couleur d'un tout nouveau Mascara spécialement destiné aux bonnes petites femmes qui se prennent pour des stars.

  • VOUS ARRIVEZ TOUS AVEC VOS ÉGOS DÉMESURÉS, MAIS VOUS OUBLIEZ QU'IL Y A UN LECTEUR QUI VA VOUS LIRE...Ah cette réplique, pédale, elle est d'anthologie. J'AI BIEN COMPRIS QUE TU TE PRENAIS POUR, HEIN..Et toi, pédale, tu n'en as pas un d'égo démesuré peut-être? C'est affligeant, quoi...Non, non, s'il-te-plaît, tu ne vas pas perdre connaissance...Je viens juste d'en commençer avec toi! Poursuivit Andréas Noob qui lui piétina exprés les testicules. AH ET PUIS C'EST RÉAC, LE BOURG C'EST LE NOM DE TON BLED DE PÉQUENAUDS? DIS-TOI QUE TU VAS ÊTRE DANS LE MÊME ÉTAT D'ESPRIT QU'UN SERVEUR QU'UN CLIENT APPELLE PAR " GARÇON, S'IL VOUS PLAÎT JE VOUDRAIS PASSER UNE COMMANDE". ET ENTRE NOUS CE SERA "COUCHÉ" et " AU PIED", TU SAIS UN PEU COMME LES CLÉBARDS!

      Arvanches, décollant son dos du sol moqueté une demi-seconde, poussa un cri étouffé et vomit la grosse partie de la substance bouffée sous la contrainte.


- J'AI UNE COMMANDE POUR TOI. VOILA. ÇA SE PASSE SUR LA CÔTE ATLANTIQUE. LE CAPITAINE BOUCHEREAU EST UN HOMME AIGRI. ON L'A ENVOYÉ AU PLACARD. BOUCHEREAU EST VEUF, IL A UNE FILLE DE SEIZE ANS QUI LUI POSE DES SOUCIS...TU VOIS ELLE SE TEINT LES CHEVEUX EN ORANGE, ELLE SORT AVEC DES GARÇONS QUI NE PLAISENT PAS FORCÉMENT AU PREMIER COUP D'OEIL...L'ADOLESCENCE, QUOI! TRÈS VITE BOUCHEREAU VA PRENDRE EN GRIPPE UN HOMME D'AFFAIRES LOUCHE QUI POSSÉDE UN CLUB DE FOOT...QUELQUES JOURS APRÈS SON ARRIVÉE, UN CAMBRIOLAGE PARAISSANT RÂTÉ DÉBOUCHE SUR LE MEUTRE D'UN BIJOUTIER, QUI S'AVÉRE ÊTRE LE COUSIN DE L'HOMME D'AFFAIRES...ET PUIS IL Y A DES RITUELS SATANIQUES, DE QUOI PROCURER LA CHAIR DE POULE AU LECTEUR...NOS LECTEURS ADORENT QUANT IL Y A DES LÉGENDES DE CE GENRE...ET PUIS TU ME MÉTTRAS UNE HISTOIRE D'AMOUR IMPOSSIBLE..ALLEZ AU TRAVAIL, MONSIEUR L'AUTEUR DE ROMANS POLICIERS. HIN HIN HIN...Bouh, bah...Évidemment, pédale, ça te fait mouiller de l'anus. Sous préssion familiale j'ai du accepter cette commande de merde, mais t'inquiètes pas je me vengerais en temps voulu. MAIS QU'EST-CE QUE C'EST QUE ÇA? CE N'EST PAS CE QUE JE T'AI DEMANDÉ! ET LES FLICS NE SE PROSTITUENT PAS! ET PUIS C'EST PAS ÇA MARSEILLE! Ce jour-là t'étais infect, pédale. Maintenant, à mon tour de traiter comme tu mérites d'être traité. Tu m'as humilié lorsque je t'ai supplié d'avoir un peu plus de clémence, mais tu t'es foutu de ma gueule...Hein, vous vous êtes dit toi et ta bande d'enfoirés " TIENS, UN PETIT JEUNE...ON VA LUI FAIRE ÉCRIRE UN POLAR...COMME ÇA CEUX ET CELLES AUXQUELS ON FAIT CROIRE QU'ILS SONT DES GRANDS PEUVENT DORMIR SUR LEURS DEUX OREILLES"...Est-ce que t'as une idée de ce que tu m'as fait? Tout le monde sait que c'est comme ça que vous avez toi et tes homologues détruit la littérature. Tout ça pour votre business! JE CROIS QUE JE NE ME SUIS PAS FAIT COMPRENDRE. JE VEUX UN ROMAN POLICIER. ET POUR ÉCRIRE QUELQUE CHOSE DE COMMERCIABLE, TU DOIS DÉTENDRE TON LECTEUR...TU N'EST PAS DÉTENDU. MOI, DES SUJETS COMME ÇA JE LIS PAS...TU DOIS ATOMISER TES LECTEURS...Rectification, à ta place pédale j'aurais dit TU DOIS SODOMISER TES LECTEURS!


   Andréas Noob attérit pieds-joints sur le ventre d'Arvanches et un crachat de sang s'échappa de la commissure des lèvres de ce dernier, avant de se convertir en mince filet qui ne tarda pas à s'intégrer à l'excrément qui se maculait au fil des secondes, et Arvanches s'en râcla les poumons, il était parcouru des mêmes secousses que la coquille d'un oeuf dur laissée trop longtemps bouillir à haute température. Un mécontement fut brièvement lisible sur la moue déformant les fines lèvres élargies d'Andréas Noob. Il n'était pas aller assez loin. Autour d'eux, collée aux murs balzanes de l'intérieur hausmannien, des étagères en contreplaqué retraçaient la carrière du cloporte sur lequel il reprenait appui, de la bouillie paralittéraire tout format estampillée pour chaque opus Editions Héraclès, votre éditeur pour vous servir. Pour le deuxième saut il se receptionna sur l'abdomen et eut l'impréssion d'écraser une membrane de batracien, après tout Arvanches n'était-il pas un crapaud bâveux?

   Alors ses mains défirent la braguette de son pantalon et extirpérent un prépuce rosâtre qui, par le biais d'une petite fente, aspergea l'éditeur dans les vappes avec un liquide jaunâtre aux relents chauds. L'humiliation suprême pour l'un, l'occasion pour l'autre de lâcher un grand fou rire démentiel égalant l'intensité d'une secousse sismique.

Partager cet article

Repost 0
Published by polemika
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Polemika
  • Polemika
  • : Fourre-tout
  • Contact

Recherche

Liens